Dimanche 23 février 2020
Dimanche

Dimanche
            taggé sur un mur
un poème de Kerouac
            dans une chambre un Dimanche
            après-midi de soleil
            et de solitude
un article dans un journal
            la société de consommation… le dimanche un jour
            comme les autres
les mots des uns et des autres
            solitude précarité mélancolie ennui
            un jour injuste un jour absurde
            un jour trop long un jour trop court
            un jour avec ses habits et ses activités réservées
            un jour raté un jour
            libre

MAIS ALORS C’EST QUOI DIMANCHE ?
            un nuage égaré
            des oiseaux sur un fil comptant les passants
            le silence de la rue le matin
            le rire des enfants devant l’école fermée
            des machines immobiles
            des portes closes
            l’attente
            celui qui viendra… ou pas
            une parenthèse dans l’ordinaire le quotidien 
            si banal
            le lundi si proche

C’EST DIMANCHE AUJOURD’HUI
il y a du vide et du silence
et des rêves-rêveries
une fenêtre ouverte
un concerto de Brahms
moi et mon appareil photo

Et si les dimanches n’existaient plus…


Valérie Theninge
Février 2020
Posté à 8:54 - 0 commentaire

JARDIN D'HIVER


dimanche matin
au bout du bout d'une
impasse blotti
entre béton et bitume
vide de tout
bavardage humain
un jardin

matin d'hiver

les arbres nus se dessinent en noir sur le ciel blafard tels
les griffonnages d'un peintre en quête d'inspiration

comme une invitation au voyage

voyage dans
le temps d'hier

je me souviens
           du jardin de mon arrière-grand-père
je me souviens
           du jardin de monsieur H.
je me souviens
           du jardin de la dame aux tortues
je me souviens
           du jardin au coin de la rue
et des carrés de pelouse piquetée de pâquerettes de la cité
je me souviens des jardins de mon enfance

                                         se souvenir
                                         de rien    de tout    de tout
                                         un peu     de rien    du tout

SILENCE

le VIDE
comme une invitation au voyage

voyage dans
le temps d'hiver

cesser de parler        de marcher        au-delà
de l'échelle humaine    au-delà           du temps quotidien
plonger
au cœur du végétal déchiffrer
l'Ecriture du paysage dans un noir et blanc riche de tous les possibles

                                          presque rien
                                          tout est possible

                                          comme si de rien n'était
                                          comme si de rien naissait
                                          un nouveau jardin d'Eden


Valérie Theninge
2 novembre 2019

 
 


 


LA DERNIERE FEUILLE
Aujourd'hui, le printemps


devant ma fenêtre
un arbre
noir
nu
au bout du bout de sa branche
nue
noire
recroquevillée une dernière feuille

               Combien de temps encore ?

dans le vent et la pluie
et la neige
frissonnante
grelottante
au bout du bout de sa branche
la dernière feuille

               jusqu'à quand ?

sur fond de ciel bleu
noir
nu
l'arbre devant ma fenêtre
totalement nu
jusqu'au bout du bout
de toutes ses branches

               Bientôt le printemps...


Valérie Theninge
20 mars 2019





 

CECIL IDYL
Aujourd'hui, c'est dimanche, le ciel est gris et invite à une certaine nostalgie. Alors, je me ressouviens...


Il était une fois
un vélo
un vélo d'enfant
vieux
on devine qu'il fut
BLEU
bleu impérial
comme ces porcelaines venues d'au-delà
d'au-delà de la mer
d'au-delà de la montagne noire
dans la pente douce de l'allée
de la grande maison
VIDE
doucement envahie par les herbes folles
à l'ombre
du grand arbre
-un tulipier de Virginie-
il g^it sur le flanc
et il se souvient d'autres chants
d'un pays lointain
d'au-delà de la mer
d'au-delà de la montagne
NOIRE
arrivé
parmi les rires
et les chants
parmi les musiques et les danses
il y a longtemps
avant le temps de la Guerre
avant le temps du grand silence
des années durant
       Quelle est ta couleur ?
       Ma couleur est lumière et mon silence est symphonie

Quelqu'un vient
et puis s'en va
et passe le temps
et passe la musique du vent
dans le feuillage 
du tulipier de Virginie
une feuille puis une autre
se balancent
se frôlent
se frottent
vibrato
decrescendo
jusqu'au SILENCE
et le temps vient
et le temps va

et recommence la musique
ça a paru des années avant
avant que ne se rejoue la mélodie
des cris et des rires
et des chants
leçon - récitation - punition
DISCIPLINE
et dans l'escalier des enfants en rang
et dans la cour des enfants jouant
avec un vélo d'enfant
des enfants s'éparpillant
laissant sur le tableau
des mots à demi effacés
reverrai-je... avant... j'avais... demain...
parce que d'ici
AUSSI
il faut partir
       Quelle est ta couleur ?
       Ma couleur est lumière et mon silence est symphonie

Et le temps vient
revient
et parce que le silence n'est pas silence
comme une autre musique
quand
le vent se met à souffler
sur les dalles de la terrasse
usées
par des pas et des pas
dans leurs robes flamboyantes
les feuilles d'automne
se mettent à danser le madison
la maison se met à craquer
et chuchoter
il était une fois
un vélo
un vélo d'enfant
oublié
dans le jardin
près du grand tulipier de Virginie
qui se souvient
les nuits d'été
de ce chant d'avant
et d'avant avant
et qui rêve
de rentrer dans la maison
SOMBRE
et empoussiérée
d'allumer les lumières 
ouvrir grand portes et fenêtres
et crier
tel le poète en colère
"De ce chaos renaîtront
les Troyens de l'Exil"
       Quelle est ta couleur ?
       Ma couleur est lumière et mon silence est symphonie


Valérie Theninge
20 janvier 2019




 

GUEULE DE BOIS


Aujourd'hui
j'ai photographié des sapins de noël
des sapins d'après noël
ça et là sur les trottoirs gris tristement
dépouillés de leurs décorations
c'est l'époque de l'année où les gens se débarrassent de leur arbre de noël
comme ils se débarrassent chaque jour de leurs déchets
comme ils se débarrassent de leur chien
à l'approche des vacances de leurs vieux trop vieux...
ces arbres
magnifiés pour les fêtes
ne sont plus que des morceaux de bois
jetés
abandonnés
reniés
cependant certains des plus nus dégagent
une odeur de pinède
comme un souvenir des forêts de leurs ancêtres
ou un avant-goût du paradis des arbres

Nuit de led et de néons
les odeurs de la ville
                           en fin de journée
des odeurs de fatigue
                           pollution
                               poubelle
                                    pinède...
                                        ?!?
en vrac sur les trottoirs
les sapins de noël après noël


Valérie Theninge
6 Janvier 2019